La reconversion professionnelle : quels dispositifs pour les salariés ?

Il existe plusieurs dispositifs de reconversion professionnelle à la disposition des salariés, quel que soit leur niveau de qualification. Eclairage.

Reconversion_professionnelle

Pour réussir sa reconversion professionnelle, il est essentiel de connaître les différents dispositifs adaptés à chaque projet. En effet, il existe plusieurs dispositifs de reconversion professionnelle à la disposition des salariés, quel que soit leur niveau de qualification. Ces dispositifs ont été en grande partie renouvelés par la loi du 5 septembre 2018 "pour la liberté de choisir son avenir professionnel", entrée en vigueur le 1er janvier 2019.

 

Le conseil en évolution personnelle (CEP) 

 

Le Conseil en évolution personnelle est un service d'accompagnement et de conseil destiné à toute personne souhaitant faire le point sur sa situation professionnelle. Ce dispositif gratuit et personnalisé est proposé par des organismes habilités (pôle emploi, Apec, mission locale, CAP emploi). Dans le cadre d’une reconversion professionnelle, le CEP comporte les prestations suivantes :

  • Un entretien individuel permettant d’analyser la situation professionnelle du salarié
  • Un conseil visant à définir son projet de reconversion professionnelle
  • Un accompagnement dans la mise en œuvre de ce projet.

Un document de synthèse est remis au salarié à l’issue de ces prestations, récapitulant son projet de reconversion et la stratégie envisagée pour sa mise en œuvre (notamment une formation éligible au Compte Personnel de Formation - CPF).

 

Le compte personnel de formation (CPF)

 

Depuis le 1er janvier 2019, chaque actif (hors agents publics) dispose d’un Compte Personnel de Formation (CPF) crédité en euros et non plus en heures. Le CPF est ainsi mis à la disposition de tout actif quel que soit son statut (salarié, apprenti, fonctionnaire, indépendant ou en recherche d’emploi, etc.). Le montant de ce compte dépend de l’ancienneté du salarié, et est conservé même s’il quitte son emploi. De plus, seul le salarié titulaire du CPF peut décider quand et comment il envisage d’utiliser ce budget. Si le coût de la formation est supérieur au solde de son CPF, la différence du montant peut être prise en charge par l’Etat, la région, Pôle Emploi, l’employeur ou encore d’autres organismes.

 

Le bilan de compétences 

 

Les salariés et les demandeurs d’emploi peuvent bénéficier du dispositif du bilan de compétences. C’est une analyse gratuite qui identifie les compétences personnelles et professionnelles du salarié ou du chercheur d’emploi ainsi que ses motivations, dans le but de définir son projet professionnel. Le bilan de compétences permet également d’utiliser les atouts du bénéficiaire comme un instrument de négociation pour un nouvel emploi, une formation, une évolution de carrière ou une reconversion professionnelle. Pour en bénéficier, il suffit de chercher dans son CPF ou de s’adresser à l’Apec ou à Pôle Emploi.

 

La reconversion ou promotion par alternance (Pro-A) 

 

Le dispositif Pro-A favorise l’évolution professionnelle des salariés et leur permet de se maintenir dans l’emploi. Cette solution est destinée aux salariés qui souhaitent changer de métier sans changer d’entreprise, notamment ceux dont la qualification est insuffisante au regard de l’organisation du travail ou de l’évolution technologique. Le dispositif Pro-A permet ainsi de suivre une formation en alternance pour obtenir un diplôme au bout du compte. Cette démarche se réalise avec l’accord de l’employeur et le salaire du bénéficiaire est maintenu, grâce au financement de son entreprise et de l’opérateur de compétences (OPCO) dont elle dépend.

 

Le projet de transition professionnelle (PTP) 

 

Le projet de transition professionnelle est entré en application le 1er janvier 2019. Son but est de faciliter la reconversion professionnelle des actifs. Il s’adresse ainsi aux salariés qui souhaitent changer de profession ou qui veulent évoluer dans leur carrière par le biais d’une formation certifiante de longue durée avec un congé associé. En effet, il est possible à tout salarié d’être accompagné pour mettre en place son projet de transition professionnelle, grâce au dispositif du CEP. Pour être éligible, il faut cumuler plus de 2 ans de travail, dont au moins 1 an chez votre entreprise actuelle. Pendant la 1ère année de la formation, le salarié perçoit entre 90 % et 100 % de son salaire.

Vous souhaitez suivre une formation continue pour faire évoluer votre carrière ou booster votre employabilité ? Découvrez toute l'offre de formation du Groupe IGS Formation Continue.