Pleins feux sur les trois tendances managériales majeures de l'année !

Retour en force du middle management, arrivée de la génération Z sur le marché du travail, démocratisation progressive du machine-learning, « accommodation » des DRH avec les nouvelles configurations du travail, généralisation des outils collaboratifs, ...

Image_Actualité_6

Mais au-delà de ces soubresauts du macroenvironnement de l’entreprise, ce sont les évolutions managériales qui rythmeront la vie professionnelle des gestionnaires et de leurs collaborateurs, au quotidien. Groupe IGS Formation Continue, leader des formations en Ressources Humaines, passe au crible les tendances managériales de cette année.

#1 Le concept de l’ « entreprise étendue » et ses ramifications

La tendance est là depuis au moins une décennie, mais le nouveau gouvernement semble vouloir l’encadrer par un mécanisme juridique adéquat. On devrait donc bientôt voir le télétravail sortir progressivement de son rôle de « rare privilège » pour devenir une « pratique courante », à fortiori avec l’arrivée en entreprise des jeunes diplômés nés à l’aube des années 2000. Il faut dire que toutes les conditions sont réunies pour repousser les limites spatiales de l’entreprise : la guerre des talents imposent des concessions de la part du top management qui doit remettre en cause une approche du travail que certains jugent « conservatrice ». Objectif : proposer de l’agilité organisationnelle, de la flexibilité horaire et des organigrammes plus lisses, plus aplatis, pour séduire ces talents de plus en plus réceptifs au slashing* et à la volatilité professionnelle qui les mène d’une boîte à l’autre en quelques mois. Le recours aux freelances pour des missions ponctuelles devrait continuer à se banaliser.

#2 Cap vers le tout-collaboratif

Donner encore plus de sens au travail, apporter de la latitude à l’action des collaborateurs. Ce sera l’autre défi majeur des DRH en 2018. On s’habituera à voir éclore :

  • Les « tribus » ou « Pizza teams » : ces équipes agiles sont composées de véritables sprinteurs capables de produire à très court terme un résultat précis en mode itératif. Elles ne seront plus l’apanage des seules startups ;
  • Un semblant d’holacratie : adopté par Zappos, Danone, Castorama ou encore Scarabée Biocoop, ce système de gouvernance qui réduit les positions de pouvoir et la bureaucratie  fait des émules depuis sa mise au point par l’éditeur de logiciels américain Ternary Software en 2001. Curieux d’en savoir plus ? L’Express propose un billet de synthèse sur la question.

Les élans collaboratifs sont fédérés autour d’un même objectif : faire en sorte que le groupe soit plus intelligent que la somme des intelligences individuelles.

#3 La formation continue : les pieds dans le plat

Après des balbutiements qui auront duré une décennie, la formation professionnelle s’imposera avec force en 2018 : selon la dernière enquête d’opinion BVA/La Tribune (mars 2018), 77% des interrogés estiment que le système de formation actuel n’est pas efficace (84% des cadres). Le Compte Personnel de Formation (CPF) fait peau neuve avec un changement dans son unité de mesure (les euros à la place des heures) et une meilleure prise en compte de la situation de chaque travailleur (dotations plus élevées pour les travailleurs sans qualification par exemple). Au-delà de son aspect « récompensatoire », la formation est désormais perçue comme un critère décisif de compétitivité, voire de pérennité pour l’entreprise, puis comme une condition sine qua non à l’employabilité du travailleur, dans un contexte marqué par une intensité concurrentielle exacerbée dans plusieurs secteurs d’activité.

 

* Slashing : cumuler plusieurs métiers. Il s’agit typiquement des salariés en CDI qui font également du freelancing.

témoignage

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Fusce id neque laoreet elit eleifend accumsan. Vivamus et viverra urna. Nullam vitae porttitor eros, quis venenatis lacus. Cras aliquam pharetra ligula vel mollis. Ut leo elit, varius non semper a, interdum a lorem. Donec dapibus velit ipsum, eget rutrum quam tempor at. Cras hendrerit vehicula lectus maximus efficitur. Sed ultrices erat auctor, luctus dolor eget, pellentesque eros. Donec rutrum purus et leo placerat, eu malesuada tortor ullamcorper. Nulla eu enim ut lectus egestas pharetra. Fusce lobortis iaculis nisi quis viverra. Vestibulum tellus tortor, convallis vitae quam blandit, eleifend tincidunt mi. Nam dictum urna eros, tincidunt euismod dui consectetur vel.